Les Méthodes de suffrage : entre représentativité électorale et efficacité opérationnelle

 

Loin des dogmes politiques, vous souhaitez en savoir plus sur les modes de scrutin dans le monde, les pièges, succès et échecs, en débattre sans être ni à gauche ni à droite?

 

L’ATUGE et ESCOT (ESpace des COmpétences Tunisiennes), en partenariat avec la Fondation de la Maison de la Tunisie, ont le plaisir de vous proposer une conférence autour du thème “Les Méthodes de suffrage : entre représentativité électorale et efficacité opérationnelle”, le 22 mai 2014 à partir de 19h00 à la Maison de la Tunisie 45 A Boulevard Jourdan, 75014 Paris où nous accueillons :

 

    •  Balinski : Directeur de recherche émérite au CNRS et à l’Ecole polytechnique, et auteur du livre “Le suffrage universel inachevé”
    • Jérôme Heurtaux : Maître de conférences en science à l’Université Paris-Dauphine et chercheur spécialiste de la Tunisie à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC)
    • Amira Yahyaoui : Présidente d’Al-Bawsala

 

WEB1

Les Méthodes de suffrage : entre représentativité

électorale et efficacité opérationnelle


“Aujourd’hui, partout, les systèmes électoraux sont conçus par les politiques pour les politiques. Ils sont à la fois les joueurs du jeu électoral, les arbitres, et ceux qui définissent les règles du jeu (parfois peu de temps avant le match).”

 

1-Justice Électorale : Problèmes et Solutions  

11

Michel Balinski, mathématicien américain,est diplômé de Williams College (Massachusetts), de MIT (M.Sc. en économie) et de Princeton (Ph.D. en mathématiques). Il a été professeur – de mathématiques, d’économie et de science administrative – aux universités de Princeton, de Pennsylvanie, de la ville de New York, de Yale et de l’état de New York (à Stony Brook) – avant de s’installer en France en 1980. Il fut Directeur de recherche de classe exceptionnelle du CNRS à l’École polytechnique et pour une dizaine d’années Directeur du Laboratoire d’Econométrie à l’X. Il est le fondateur de la revue Mathematical Programming et a été Président de la Mathematical Optimization Society. Il a reçu d’INFORMS le prix Lanchester en 1965 et le prix de théorie John von Neumann en 2013, et fut décerné un doctorathonoris causaen mathématiques par l’Université de Augsburg en 2004. Ses travaux récents portent sur le domaine des systèmes électoraux (représentation, répartition, vote). Il est notamment à l’origine d’un mode de scrutin utilisé pour élire les membres des parlements de plusieurs cantons en Suisse. Il est l’auteur de Fair Representation: Meeting the Ideal of One Man, One Vote (1982, réédité en 2001, avec H.P. Young, décerné le prix G. H. Hallet de la American Political Science Association en 2008), Le suffrage universel inachevé (2004) et Majority judgment : Measuring, Ranking and Electing (2010, avec R. Laraki).

 La Constituante de la Tunisie est en face d’une opportunité unique : établir, une fois pour toute, un système électoral juste. Le but de cette conférence est d’expliquer ce que les dernières connaissances des sciences du vote peuvent apporter pour adresser ce défi.

Les problèmes à résoudre :

    • La base de la représentation régionale : inscrits ou habitants ?
    •  La répartition des sièges d’une assemblée nationale aux régions.
    • Le choix entre (1) une représentation territoriale et (2) une représentation politique.
    • Avec (1) et des circonscriptions uninominales, le découpage.
    • Avec (2), par région ou national et comment ?
    • Avec (1) et (2) – une représentation explicite de régions et de partis politiques – la répartition bi-proportionnelle : à quels niveaux ?
    • Comment élire un(e) candidat(e).

Les faillites des systèmes électoraux seront illustrées par des exemples venant des Etats-Unis, de la France, du Royaume Uni, et du Mexique. Des recommandations explicites seront proposées.

Télécharger cet article : Justice-Electorale-Michel-Balinski-2.pdf

  2- Les enjeux électoraux en contexte de transition politique

Heurtaux

Jérôme Heurtaux, Maître de conférences en science politique à l’Université Paris-Dauphine et chercheur à l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC) à Tunis, Jérôme Heurtaux est spécialiste des changements de régime et des processus de démocratisation. Il a consacré son doctorat à la Pologne après 1989. Ses travaux en Tunisie portent particulièrement sur le droit de la politique, sur les recompositions des élites et sur les comportements électoraux.Jérôme Heurtaux est l’auteur (avec Frédéric Zalewski) de Introduction à l’Europe postcommuniste, Bruxelles, De Boeck, 2012 (Ouvertures politiques).
Il a aussi dirigé (avec Cédric Pellen) 1989. À l’Est de l’Europe. Une mémoire controversée, La-Tour-d’Aigues, Éditions de l’Aube, 2009 ; (avec Éric Agrikoliansky et Brigitte Le Grignou) Paris en campagne. Les élections municipales de mars 2008 dans deux arrondissements parisiens, Bellecombe-en-Bauges, Éditions du Croquant, 2011.

    • A quoi « servent » les élections dans un processus de démocratisation ?
    • Quels sont les enjeux des lois électorales ? 
    • Que nous apprend la sociologie des électeurs ? 

A partir d’une connaissance approfondie du processus de démocratisation en Europe post-communiste et d’enquêtes de terrain menées en Tunisie depuis 2011, Jérôme Heurtaux proposera une analyse des élections tunisiennes, passées et à venir.

3- Synthèse des travaux de l’Assemblée constituante sur la loi électorale

yahyaoui

Amira Yahyaoui, Présidente d’ Al-Bawsala et militante des droits humains active depuis 2001, a notamment été initiatrice de la campagne « Nhar ala Ammar » contre la censure et a contribué à plusieurs autres campagnes appelant à la libération de prisonniers d’opinion en Tunisie. Amira a récemment représenté la nouvelle société civile tunisienne lors de nombreuses rencontres internationales telles que le Forum de Davos, le Women’s Forum ou l’UNCTAD.
Amira a obtenu en Juin 2012 le Prix Trailblazer pour son travail visant à améliorer les droits des femmes et la participation des citoyens et le prix Tunisiana du journaliste citoyen, elle a offert ce dernier à toute l’équipe du projetmarsad.tn. Elle a été classée par arabian business magazine comme personnalité tunisienne la plus influente.

Al Bawsala est une organisation non gouvernementale de droit tunisien à but non lucratif. Elle est indépendante de toute influence politique.“Nous sommes très attachés à notre indépendance politique et financière. Notre gestion, nos programmes et nos politiques sont guidés par nos valeurs et indépendants de tout gouvernement, des partis politiques et du milieu des affaires.”