conference-15-12-2016

 

 

Inscrivez-vous !

 

affichefb-15-12-2016

 

Bonjour,

 

Dans le cadre de ses activités, et en partenariat avec l’association Uni-T et la fondation de la Maison de Tunisie, ESCOT a l’immense plaisir de vous inviter à sa prochaine conférence :

 

5 ans après les révolutions

et les crises politiques au

Maghreb : quel bilan ?

 

Assurée par Choukri Hmed, maître de conférences en science politique à l’université Paris Dauphine, chercheur à l’institut de recherche interdisciplinaire en sciences sociales (IRISSO, UMR 7170).

 

Autour du numéro 211-212 de la revue Actes de la recherche en sciences sociales, que Choukri Hmed a codirigé avec Laurent Jeanpierre intitulé :

 

Révolutions et crises politiques au Maghreb et au Machrek

 

Dont voici un extrait de l’introduction :

 

« Cinq années après les soulèvements survenus dans une grande partie des mondes arabes (Algérie, Arabie saoudite, Bahreïn, Égypte, Jordanie, Libye, Maroc, Syrie, Tunisie, Yémen), pourquoi réunir à nouveau un ensemble de recherches à leur sujet. N’y a-t-il pas déjà eu suffisamment de paroles autorisées, de contributions savantes promptes à analyser ces événements et à leur donner un sens ? Un temps trop long ne s’est-il pas écoulé, qui rend désormais peu probable, faute en particulier d’archives ou de données inédites, la formation ou la mise à l’épreuve de nouvelles thèses concernant cette conjoncture récente ? L’histoire elle-même ne s’est-elle pas empressée, dans la plupart des pays, de doucher les enthousiasmes et les espoirs de ce que plusieurs observateurs auraient qualifié trop tôt de « révolutions » ? Ces dernières semblent dans la majorité des pays concernés enterrées sous les décombres de la guerre civile, de la restauration autoritaire ou de la Realpolitik, quand elles ne sont pas célébrées par les organisations internationales – comme dans le cas tunisien, récemment « nobélisé » et comme toujours, dans les propos sur la région, « exceptionnel ». Les discours enchantés d’hier ont donc cédé la place aux constats désabusés d’aujourd’hui, la « surprise » des révolutions s’est métamorphosée en « problème » du terrorisme et les « printemps arabes » sont désormais enfouis sous un long « hiver arabe » dont personne ne prévoit la fin. À quoi bon, dès lors, remettre une fois encore l’ouvrage sur le métier et proposer des travaux supplémentaires sur ces « moments de folie » peut-être passagers et déjà sur-interprétés ? »

 

 

Cette conférence est l’occasion de faire le point sur ces révolutions. Il s’agit de revenir sur les conditions de ces révoltes, sur les différentes conjonctures et structures des crises politiques, sur le capital social-révolutionnaire mais également sur les anciens et nouveaux acteurs.

 

Pour en débattre et avoir des éléments de réponses, ESCOT et Uni-T vous donnent rendez-vous le jeudi 15 décembre à 19 heures à la Maison de Tunisie, 45 A Boulevard Jourdan, 75014 Paris.

 

Au plaisir de vous compter parmi nous,
ESCOT